• 1     La pierre précieuse des djinns .

    Mohamed se redresse en mettant ses mains sur ses reins et contemple son potager . Les carrés  de légumes ont reçus l 'eau nécessaire , désservit par  un bassin circulaire d'où il est alimenté par un puits  donc le balancier est fait d'un tronc de palmier supporté par deux hautes et étroites murettes de plâtres .
    Il possède en plus quelques arbres fruitiers et pour son plaisir près d'un bâtiment en terre entouré de quelques palmiers , il a agrémenté un jardin avec des giroflées et des bougainvilliers qu'il a fait venir .  En jetant un dernier regard à son potager qui déjà s'obcurcit derrière la haie de palme destinée à le protéger des retombées de sable , il   remarque que le soleil a disparu derrière les dunes de sable  . Jetant son burnous sur les épaules , il remonte le sentier de l 'immense entonnoir au fond duquel il a travaillé et il regagne sa petite maison , adossée à celle de son village .
    Le voici devant sa porte . Il prend sa lourde clef , accrochée a sa ceinture et pénètre dans le patio . Il vit seul dans sa petite maison , mais des portes lui permettent d'aller dans les maisons de ses frères , qui sont attenantes à la sienne  .   Ce soir , il n'ira pas saluer sa famille , il se sent exténué .Il déplie donc sa natte et ses couvertures et s'installe pour la nuit .......
    Il n'a pas le temps de fermer les yeux qu'il  sent que des petites mains lui tapotent  les pieds.......Il s'assoit , allume sa lampe à carbure et aperçoit , alignés devant lui , une demi-douzaine de djinns .......Cela ne le surprend pas car il a déjà eu l'occasion de les rencontrer plusieurs fois ,en particulier l'année dernière  alors qu'il était malade et que les djinns avaient entretenus son potager à sa place !  
    Ils sont là ,tous les six , dans leur petit collant rouge . Sur leurs grosse tête ronde, ils portent des bonnets qui laissent passer leurs grandes oreilles pointues . Leurs grands yeux sont pleins de tristesse........Celui qui semble le chef s'avance en écartant les bras d'un air résigné et dit à Mohamed :
    -Excuse-nous , si nous t'empêchons de dormir , mais nous sommes prisonniers chez toi.......Tu as fermé toutes les portes et nous ne pouvons pas sortir.......Peux-tu nous ouvrir s'il te plait ?
    Mohamed s' exécute de bonne grâce , ouvre la grosse serrure de bois , et les six joyeux djinns disparaissent dans la nuit en lui faisant des gestes d'amitié .
    Le lendemain matin , il se réveille de bonne heure et décide d'aller au marché pour flâner et discuter avec ses amis.....quand , tout à coup , au milieu du patio , près du puits , il aperçoit une grosse pierre brillante qui scintille sur le sable .... Curieux , il s'avance , la soulève , l ' examine sur toutes ses faces . Ne sachant pas si c'est une pierre précieuse ou non , il décide d' aller la proposer au bijoutier d ' El Oued . Il en tirera bien quelques dourous !
    Sur l'immense place goudronnée située au pied de la vieille mosquée  Sidi-Messaoud , grouille une foule dense  et colorée . Tous les vendredis une  agitation extraordinaire  règne sur ce marché . C'est un mélange de bêtes et de gens venus de tous les villages environnants . Des marchands sont accroupis , installés à même le sol , proposant  divers marchandises . D'autres un peu fortunés présentent sur des tréteaux un assortiments de couffins remplis de graines , de racines ou de poudre  de toutes les couleurs .
    Sous le marché couvert  , les bouchers ont suspendu à des crochets de gros morceaux de viande . A l' abri des arcades , Mohamed  s' assoit un moment et se fait servir une assiette de pois chiches et un verre de thé .
    A côté de lui , un marchand de beignets pétrit la pâte  avant de la jeter dans une grande bassine d'huile.....Mohamed en achète quelques-uns  puis quitte la grande place et se dirige vers le bijoutier dont le petit magasin s'ouvre sur une de ces innombrables  ruelles ensablées  qui se faufilent entre les pâtés de maisons .
    Il  entre, s'assoit , tire la pierre de sa poche et la pose sur le comptoir :
    -Peux-tu me dire si cette pierre a de la valeur ?
    Le bijoutier est importuné tous les jours par de misérables paysans qui ont trouvé une pierre de couleur et croient avoir fait fortune . Il prend celle qui lui est proposé  et la fait tourner  devant sa lampe en soupirant........
    Si  Mohamed avait été un tant soit  peu  observateur , il aurait pu surprendre les yeux du bijoutier qui s'agrandissaient de stupeur en examinant ce joyau d' une incomparable beauté .
    Le  bijoutier l'observe de nouveau avec sa petite loupe et regarde plusieurs fois Mohamed , qui  semble intéressé par un grand collier d'argent aux multiples anneaux , exposé en vitrine .
    Alors , questionne Mohamed , est-ce que cette pierre vaut quelque chose ?

     

    Elle vaut en effet une véritable fortune , mais le bijoutier fait celui qui n'est pas trop intéressé........
    Oui , c'est certain , c'est une belle pierre , mais on en trouve des dizaines comme celle-ci tous les jours ! Je t'en propose dix douros , mais c'est bien pour te faire plaisir  !
    Dix douros , c'est le prix  d'une semaine de travail  ! Mohamed accepte immédiatement , empoche les pièces et retourne chez lui afin de réfléchir à ce qu'il va bien pouvoir acheter avec cette somme . ...
    Le soir même , on frappe à sa porte . Il ouvre et voit les petits djinns alignés sur le seuil qui , le bonnet à la main , semblent  bien ennuyés .
    Voilà , dit le chef , nous avons perdu notre pierre précieuse  . C'est un trésor que nous gardons depuis plusieurs siècles ,elle permet à notre roi  de prédire l'avenir et nous prévenir contre de grandes catastrophes  ......C'est grâce à elle que nous pouvons survivre dans cette région désolée......Si nous ne la retrouvons pas , le malheur va s'abattre sur notre peuple ! Nous la cherchons depuis ce matin . Ne l'aurions-nous pas perdue chez toi .
    Le jardinier éclate de rire :
    - Soyez sans inquiétude , j'ai bien ramassé une belle pierre verte , ce matin , près de mon puits , et je l'ai vendue aujourd'hui même au bijoutier d'El-Oued . Soyez rassurés , je ne suis pas un voleur  , je vais lui rendre ses dix douros , et il me rendra votre pierre . Revenez demain , je vous remettrai votre << trésor >> .
    Les petits djinns , rassurés s'en vont en sautillant  .
    Le lendemain matin , Mohamed retourne à la ville et se présente devant la boutique du bijoutier .

     

    A suivre


  • Commentaires

    1
    Jeudi 24 Janvier à 15:45

      Bonjour  Patrice   ..  Comme  je  suis  contente  de  te lire  ..  Merci  pour  ta  visite  sur  mon blog   sur  lequel  je  ne  suis  pas  très  présente  ...  Je   pense  souvent  a  toi   mais  je  ne  comprends  pas  comment  fonctionne  Facebook  , je  reçois  souvent  des  annonces  , chez   Phydia  Deloin   , mais  j' ai  des  difficultés  a  ouvrir  , pour  ne  pas  dire , je n'y arrive  pas  ...
    C'est  une  belle  histoire  que  tu  racontes  , je  reviendrai  lire  la  suite  ..  Happy  new Year  Patrice  et  surtout  bonne  santé ..
     A   bientot  ...  
    Nicole

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :